” “Ribéry dans une nouvelle affaire ” Zahia ” ?

Ce qui n'est pas sans rappeler la précédente affaire "Zahia" dans laquelle, il y a 5 ans, Franck Ribéry et son ami Karim Benzema avaient déjà été accusés d'avoir fait appel à une prostituée elle aussi mineure.

Le joueur de football Franck Ribéry, qui a été auditionné en toute discrétion par les enquêteurs de la BRP (Brigade de Répression du Proxénétisme) dans le locaux des AEF (Affaires Economiques et Financières), est ressorti libre sans qu'aucune charge n'ait été retenue contre lui.

En effet, hier, le magasine Closer révélait que le Français avait été entendu la semaine dernière par la police dans le cadre d'une enquête sur un vaste réseau de proxénétisme. Une dizaine d'escort girls auraient alors accepté de venir passer un week-end à Munich. L'une de ces escort-girls était âgée de 17 ans au moment de faits. "Je confirme qu'il a été entendu d'une manière simple, en tant que témoin, pour avoir des précisions sur des situations qui concernaient un dossier dans lequel il n'est aucunement mêlé".

Me Carlo Alberto Brusa a indiqué à Reuters que l'ancien attaquant de l'équipe de France, qui joue au Bayern Munich, "n'a aucun lien quelconque avec une affaire" publiée par le magazine Closer. "Monsieur Franck Ribéry n'a commis aucune infraction d'aucune sorte et toute information contraire, serait purement mensongère", ajoute son avocat. "Cette affaire intervient alors que le Munichois a repris ce mercredi l'entraînement avec son club, après huit mois et demi d'indisponibilité due à une blessure à sa cheville droite".

Ribéry, une nouvelle affaire de prostitution ?

Le milieu offensif du Bayern Munich aurait été entendu par la Brigade de répression du proxénétisme le 26 novembre dernier, selon le magazine Closer.

Alors qu'il s'efforce actuellement de se refaire une santé au Bayern Munich pour essayer de retrouver les terrains, Franck Ribéry pourrait être à nouveau impliqué dans une affaire extra-sportive. Selon Closer, l'ancien international français aurait été entendu par la Brigade de répression du proxénétisme le 26 novembre dernier, dans le cadre d'une affaire de prostitution. Il en est ressorti sans qu'aucune charge ne soit retenue contre lui.

D'après les information du magazine, Ribéry aurait confié une enveloppe de 15 000 euros à l'un de ses amis pour qu'il fasse venir des prostituées à Munich. L'ami en question aurait alors fait venir une dizaine de jeunes filles, mais ne leur aurait donné "que" 500 euros à chacune pour tout le week-end, ce qui était semble-t-il insuffisant pour qu'elles fassent plus qu'accompagner le Bavarois et ses amis lors de sa soirée. Plus embêtant, l'une de ces escort-girls était âgée de 17 ans au moment de faits.

Mais Ribéry, selon son avocat, clame son innocence. "Je confirme qu’il a été entendu d’une manière simple, en tant que témoin, pour avoir des précisions sur des situations qui concernaient un dossier dans lequel il n’est aucunement mêlé, a affirmé Maître Alberto Brusa sur RMC. Monsieur Ribéry est sorti totalement libre. Il a été entendu pendant deux heures et demie, il a répondu aux questions et il n’y aucun problème, aucune difficulté, avec une quelconque infraction."

L'avocat du joueur du Bayern Munich n'exclut pas d'attaquer Closer, qui a révélé l'information en évoquant une nouvelle affaire Zahia. "Monsieur Ribéry n’est absolument pas lié à une quelconque affaire d’escort girls, a précisé son avocat. Nous ferons le nécessaire dès demain (jeudi, ndlr) pour mettre en œuvre toute action judiciaire, tant civile que pénale, pour contester et faire sanctionner ces propos qui sont totalement calomnieux à son encontre. (...) On peut être entendu pour s’expliquer ou pour donner des informations lorsqu’on est une personne connue et qu’on peut avoir des relations avec telle ou telle personne. Les policiers ont voulu savoir qu’elle était la relation qui pouvait exister entre M.Ribéry et telle ou telle personne, qui pourrait être mêlée à une affaire de cette nature. Le simple fait de connaître quelqu’un n’est pas, en tant que tel, un fait pénal ou criminel."

Franck Ribéry : Simple témoin dans une affaire de proxénétisme

Réactualisation : L'attaquant français du Bayern Munich Franck Ribéry a été entendu "comme simple témoin" par la brigade de répression du proxénétisme (BRP) de Paris, a appris l'AFP de sources concordantes confirmant l'information du magazine Closer. "Frank Ribéry a été entendu le 26 novembre comme simple témoin. Il est ressorti libre et aucune charge n'a été retenue contre lui", a déclaré une source policière. "Il a, simplement et spontanément, répondu à une enquête de police sans qu'il ne soit visé personnellement par les faits aujourd'hui relatés. Monsieur Franck Ribéry n'a commis aucune infraction d'aucune sorte et toute information contraire, serait purement mensongère", a réagi dans un communiqué son avocat Me Carlo Alberto Brusa.

Le 2 décembre à 17h54 nous écrivions : Déjà englué dans un scandale de sextape avec Karim Benzema et Mathieu Valbuena, le foot français va-t-il vivre une nouvelle affaire Zahia ? C'est bien possible à en croire les révélations de Closer, qui affirme aujourd'hui que Franck Ribéry vient d'être entendu dans une affaire de prostitution...

Une dizaine d'escort girls...

Cinq ans après l'affaire Zahia, dans lequel il sera finalement relaxé l'année dernière, comme Karim Benzema, Franck Ribéry se retrouve impliqué dans une nouvelle histoire de prostitution. D'après Closer, l'ex-star des Bleus a été entendue par la Brigade de répression du proxénétisme, le 26 novembre dernier. Et ce en tant que témoin dans le cadre d'une enquête préliminaire sur un réseau de prostitution international et ouverte il y a huit mois, sur demande du parquet de Paris.

Libéré, sans qu'aucune charge ne soit retenue contre lui à la suite de l'audition, Franck Ribéry a été questionné sur la présence d'escorts girls pendant une soirée à Munich. D'après les informations de Closer, le joueur du Bayern aurait "confié une enveloppe de 15 000 euros" à un ami, un ex-footballeur, dont la mission était de "faire venir des filles pour agrémenter des soirées". Une dizaine d'escort girls auraient alors accepté de venir passer un week-end à Munich. Mais Franck Ribéry, devenu encore papa il y a quelques mois, va découvrir, en discutant avec elles, que les jeunes femmes ne sont payées que 500 euros chacune pour le séjour, raison pour laquelle elles refusent d'aller plus loin que l'accompagner dans une fête.

...Dont une mineure

Autre souci pour Franck Ribéry, l'une d'entre elles était âgée de 17 ans au moment des faits, toujours d'après le magazine et M6 info, qui relaie également l'information sans citer le nom du footballeur. Selon eux, la prostituée mineure, originaire de la banlieue parisienne, aurait déclaré avoir rendu visite au joueur - dont le nom serait apparu sur des écoutes téléphoniques - en 2014 à Munich mais nié avoir eu des relations sexuelles.

Le joueur du Bayern Munich, de retour à l'entraînement aujourd'hui après 8 mois d'absence pour blessure, aurait sûrement rêvé d'un meilleur cadeau pour ce come-back. La Fédération française de foot, qui aura déjà un oeil attentif à l'interview de Karim Benzema au JT de 20h sur TF1 ce soir, peut en revanche s'estimer heureuse : Ch'ti Franck a pris sa retraite internationale et ne peut donc plus porter le maillot Bleu...

Rappelons que Franck Ribéry a été entendu en tant que témoin, qu'aucune charge n'a été retenue contre lui et qu'il est donc présumé innocent des faits cités ci-dessus.

Ribéry dans une nouvelle affaire « Zahia » ?

DIVERS :

Cinq ans après l’affaire Zahia, Franck Ribéry serait de nouveau impliqué dans une affaire de prostitution, à en croire Closer. Le célèbre magazine people assure sur son site que le joueur du Bayern Munich aurait été entendu le 26 novembre dernier par les policiers de la Brigade de répression du proxénétisme suite à une soirée passée à Munich en compagnie de nombreuses escort-girls. D’après nos confrères de Closer, Ribéry, qui aurait été entendu très précisément en tant que témoin dans le cadre d’une enquête préliminaire sur un réseau de prostitution internationale ouverte il y a huit mois sur demande du Parquet de Paris, aurait confié à l’un de ses amis une enveloppe contenant 15 000 euros. Cet ami, un ancien footballeur, était chargé de faire venir des filles pour agrémenter une soirée.

« C’est une histoire sur laquelle on travaille depuis quelques jours déjà, a confirmé Laurence Pieau, directrice de la rédaction de Closer, sur le plateau de l’Access365 sur la chaîne Sport365. Ribéry a été entendu le 26 novembre à Paris, c’est une enquête préliminaire menée depuis huit mois sur un réseau de prostitution qui va au-delà de la France. C’est une enquête traditionnelle : on entend parler d’une histoire, on l’a vérifiée, revérifiée et on la sort. » Toujours à en croire Closer, la dizaine de filles choisie et ayant donné son accord pour passer le week-end à Munich avec le footballeur aurait déchanté dès lors que l’ami de Ribéry ne leur aurait versé que 500 euros à chacune. Elles auraient alors refusé d’aller plus loin, ce que l’ancien joueur de l’OM aurait appris plus tard en discutant avec les filles. « L’intermédiaire qui prenait 15 000 euros n’a reversé que 500 euros aux filles pour venir assister à des fêtes lors de ce week-end à Munich », a poursuivi Laurence Pieau.

Le 26 novembre dernier, Ribéry se serait notamment expliqué sur la présence de ces escort-girls dans le cadre d’une soirée. Peut-être aussi qu’il a été entendu au sujet de l’âge d’une des supposées prostituées, qui aurait été mineure au moment des faits (17 ans), croit savoir Closer. Le Bavarois, blessé depuis un long moment, serait ressorti libre des locaux de la BRP. « Rien ne prouve qu’il s’est passé autre chose entre Franck Ribéry et cette jeune fille de 17 ans. Il est sorti sans qu’aucune charge ne soit retenu contre lui donc on peut imaginer qu’il n’ait rien fait de plus que de passer la soirée avec ces filles. » Même si rien n’aurait été retenu contre Ribéry, cette audition présumée vient entacher encore un peu plus ce football français qui croule sous les affaires de mœurs.

Cet article vous a intéressé ? D'accord, pas d'accord ? Venez le dire à 17h en direct dans l'émission FOOT365 sur Sport365TV. Contactez-nous par mail à l'adresse tv@sport365.fr
N'hésitez pas à réagir également via Twitter et le compte @foot365tv

Sport365 est disponible sur Orange (canal 89), Free (canal 140), Numéricable (canal 157), Canal Sat (canal 124), SFR (canal 74) et Bouygues Telecom (canal 63)


Rédigé par Aurélien CANOT

football365

Plus d'Actualités

Ribéry entendu par la police : les explications de son avocat

Ribéry entendu par la police

"Je confirme qu’il a été entendu d’une manière simple, en tant que témoin, pour avoir des précisions sur des situations qui concernaient un dossier dans lequel il n’est aucunement mêlé (information judiciaire ouverte pour proxénétisme aggravé à Bobigny, ndlr). Monsieur Ribéry est sorti totalement libre. Il a été entendu pendant deux heures et demie, il a répondu aux questions et il n’y aucun problème, aucune difficulté, avec une quelconque infraction. On tente encore aujourd’hui de porter des accusations à son encontre ou de faire planer des doutes sur sa personne."

La raison de l’audition

"On peut être entendu pour s’expliquer ou pour donner des informations lorsqu’on est une personne connue et qu’on peut des relations avec telle ou telle personne. Les policiers ont voulu savoir qu’elle était la relation qui pouvait exister entre M.Ribéry et telle ou telle personne, qui pourrait être mêlée à une affaire de cette nature. Le simple fait de connaître quelqu’un n’est pas, en tant que tel, un fait pénal ou criminel."

Ni escort girls, ni proxénétisme

"Monsieur Ribéry n’est absolument pas lié à une quelconque affaire d’escort girls. Nous ferons le nécessaire dès demain pour mettre en œuvre toute action judiciaire, tant civile que pénale, pour contester et faire sanctionner ces propos qui sont totalement calomnieux à son encontre. Je suis extrêmement ferme. Je compte attaquer dès demain. Ils font planer des doutes sur M.Ribéry pour une affaire avec laquelle il n’a aucun lien au sens pénal, civique, du terme."

"Je démens de la manière la plus absolue que M.Ribéry soit impliqué, même de la manière la plus simple qu’il soit, dans une affaire de proxénétisme. Dès demain, je mettrai en œuvre des actions judiciaires pour ces propos qui sont des propos calomnieux."

Pas de garde à vue

"(15 000€ donnés à un ami pour faire venir des filles à Munich ?) Je démens de la manière la plus ferme cette affirmation. Si cela avait été le cas, il est clair que M.Ribéry n’aurait pas passé deux heures et demie avec la police judiciaire. Il aurait pu être placé, le cas échéant, en garde à vue, ce qui n’est pas le cas. Dès lors qu’il existe des soupçons ou des présomptions qui peuvent être graves, précises et concordantes, ce n’est pas en deux heures et demie que le problème est réglé."

L’état d’esprit de Ribéry

"Je pense qu’il y a toujours une volonté de nuire dès lors qu’il s’agit de Franck Ribéry. Il y a une situation toujours compliquée entre le monde des médias et M.Ribéry. C’est une certitude que je connais désormais depuis longtemps. Il est totalement écœuré. C’est pour cette raison que je prends une position très ferme. C’est celle de mon client, qui m’a donné mandat effectivement pour faire le nécessaire sur le plan judiciaire, notamment pénal."

Ribéry impliqué dans une nouvelle affaire de prostitution ?

Posté le 02 Décembre 2015 à 17h23, par Aros

C'est peut-être une nouvelle affaire Zahia qui se profile à l'horizon pour Franck Ribéry...

Le 26 novembre dernier, le joueur du Bayern Munich a été entendu par la brigade de répression du proxénétisme (BRP) dans une affaire de prostitution, selon Closer. L'international français a dû témoigner dans le cadre d'une enquête préliminaire sur un réseau de prostitution internationale, ouverte il y a huit mois à la demande du parquet de Paris.

Franck Ribéry s'est notamment expliqué au sujet de la présence d'escort girls, lors de ses soirées à Munich. Il est ressorti libre de son audition et aucune charge n'a été retenue contre lui. D'après le magazine people, il aurait confié une enveloppe de 15 000 euros à l'un de ses amis, un ancien footballeur, pour faire venir des prostituées à Munich. L'une de ces escort-girls était âgée de 17 ans au moment de faits.

Une affaire Zahia bis pour Franck Ribéry ?

L'histoire va-t-elle se répéter, cinq ans après l'affaire Zahia ? Le footballeur Franck Ribéry a été entendu il y a quelques jours comme témoin, et non comme mis en cause, dans le cadre d'escroqueries liées au démantèlement d'un réseau de call-girls par la brigade de répression du proxénétisme (BRP) de la police judiciaire parisienne, ont confirmé les services d'enquête au Point à la suite des révélations du magazine Closer. . Or il a simplement été entendu en tant que témoin, il n'a rien à se reprocher. Si les enquêteurs avaient eu un doute, des indices, il aurait été placé en garde à vue. Ça n'est pas le cas. »

À ce stade de l'enquête, la justice n'a en effet rien trouvé à reprocher à Franck Ribéry. Il faut dire que le football français, et l'équipe de France en particulier, n'a vraiment pas besoin qu'éclate une nouvelle affaire Zahia, en plein scandale du chantage à la sextape dont aurait été victime Valbuena et dans lequel son coéquipier Karim Benzema se trouve impliqué.

Ribéry entendu dans une affaire de proxénétisme

Franck Ribéry aurait été entendu récemment par la police dans le cadre d’une affaire de proxénétisme, révèle ce mercredi Closer. Il est sorti libre.

Selon le site people, le milieu de terrain offensif du Bayern Munich a été entendu, en tant que témoin, le 26 novembre par la Brigade de répression du proxénétisme (BRP) dans le cadre d’une enquête préliminaire sur un réseau de prostitution international. Il est soupçonné d’avoir confié 15 000 euros à un de ses amis afin que celui-ci engage des escort-girls pour une soirée dans la capitale bavaroise. 10 jeunes femmes auraient répondu favorablement à l’invitation de l’ex-international tricolore. Mais, l’ami de ce dernier « n’aurait proposé "que" 500 euros à chacune des escort-girls », « une somme qu’elles jugent insuffisantes », selon Closer, qui révèle que l’une d’entre elle était âgée de 17 ans au moment des faits.

A l’issue de son audition, Franck Ribéry est sorti libre, sans qu’aucune charge ne soit retenue contre lui. Cette affaire intervient alors que le Munichois a repris ce mercredi l’entraînement avec son club, après huit mois et demi d’indisponibilité due à une blessure à sa cheville droite. « C'est une super journée pour moi, très émouvante », avait déclaré le n°7 du Bayern…

Franck Ribéry dans une nouvelle tourmente judiciaire [Photos]

Après Karim Benzema, voilà que Franck Ribéry a aussi des problèmes avec la justice. Selon nos confrères du magazine Closer, le joueur du Bayern de Munich a été entendu par la police, le 26 novembre dernier. Le joueur de foot aurait été entendu par la Brigade de répression du proxénétisme. Pourquoi ? Il a été interrogé comme témoin dans le cadre d'une enquête préliminaire sur un réseau de prostitution internationale ouverte par le Parquet de Paris, il y a huit mois, toujours selon nos confrères du magazine Closer.

Après son entretien avec la police, Franck Ribéry est sorti libre après avoir été longuement questionné sur la présence d'escort girls lors d'un week-end à Munich qu'il aurait organisé. En vue de l'organisation de ces deux jours de fête, le sportif aurait donné la somme de 15.000 euros à l'un de ses amis pour qu'il lui trouve des escort girls. Ainsi, une dizaine de filles auraient accepté cette petite escapade. 

A ce jour, aucune charge n'est retenue contre le père de quatre enfants. En revanche, les choses pourraient bien vite se compliquer car la Brigade de répression du proxénétisme a entendu plusieurs jeunes filles présentes lors de ce week-end à Munich et qui ont été payées que 500 euros chacune. Parmi elles, selon Closer, une fille n'avait que 17 ans au moment des faits...

ENQUÊTE Ribéry impliqué dans une affaire Zahia bis ?

Cinq ans après l'affaire Zahia, le footballeur Franck Ribéry aurait été entendu par la Brigade de répression du proxénétisme le 26 novembre dans une affaire de prostitution.

Ribéry, joueur de foot du Bayern de Munich, à nouveau empêtré dans un scandale sexuel ? Photo AFP

Ribéry, joueur de foot du Bayern de Munich, à nouveau empêtré dans un scandale sexuel ? Photo AFP

Cinq ans après l'affaire Zahia, pour laquelle Franck Ribéry a été relaxé par le tribunal correctionnel en 2014, le joueur de foot du Bayern de Munich a de nouveau été entendu par la police le 26 novembre dernier, selon le magazine Closer.  

Le footballeur aurait été convoqué par les policiers de la Brigade de répression du proxénétisme pour être entendu en tant que témoin dans le cadre d'une enquête préliminaire sur un réseau de prostitution international ouverte il y a huit mois à la demande du parquet de Paris. Il a dû s'expliquer sur la présence d'une escort girl lors d'une soirée à Munich. Il est ressorti libre de son audition. Aucune charge n'a été retenue contre lui.

Cette information sort ce mercredi, alors que l’attaquant français vient de reprendre, le même jour, l’entraînement collectif avec ses coéquipiers du Bayern Munich, après huit mois et demi d’indisponibilité due à une blessure à sa cheville droite.

Une escort-girl mineure?

D'après les informations de Closer, le joueur du Bayern aurait "confié une enveloppe de 15 000 euros" à un ami, un ex-footballeur, dont la mission était de "faire venir des filles pour agrémenter des soirées". Une dizaine d'escort-girls auraient alors accepté de venir passer un week-end à Munich. Mais l'une d'entre elles, originaire de la banlieue parisienne, était âgée de 17 ans au moment des faits, toujours d'après le magazine et M6 info, qui relaie également l'information sans citer le nom du footballeur.

"Aucune infraction d'aucune sorte" selon son avocat

"Il a, simplement et spontanément, répondu à une enquête de police sans qu’il ne soit visé personnellement par les faits aujourd’hui relatés. Monsieur Franck Ribéry n’a commis aucune infraction d’aucune sorte et toute information contraire, serait purement mensongère", a réagi dans un communiqué son avocat, Me Carlo Alberto Brusa.
"La manière insidieuse avec laquelle cette information est présentée et l’assimilation de cette audition à une enquête de prostitution, associée, en outre, à l’affaire Zahia, a pour effet de dresser une présentation calomnieuse des faits relatés qui porte préjudice à l’image de Monsieur Franck Ribéry", insiste l’avocat qui précise que "toute information en ce sens, qui n’aurait donc pour but que de salir" la réputation du joueur, "fera l’objet d’une procédure judiciaire immédiate".

Franck Ribéry de nouveau empêtré dans un scandale sexuel!

D’après nos confrères de Closer, Franck Ribéry est de nouveau dans de sales draps. L’ancien international français serait de nouveau lié à une affaire de prostitution. Cinq ans après l’affaire Zahia qui avait défrayé l’actualité et pour laquelle le footballeur du Bayern Munich avait finalement été relaxé, Kaiser Franck a de nouveau été entendu par la Brigade de répression du proxénétisme (BRP) le 26 novembre dernier.

L’ailier a été convoqué pour être entendu en tant que témoin dans le cadre d’une enquête préliminaire sur un réseau de prostitution international.

Si aucune charge n’a été retenue contre lui, Ribéry a néanmoins dû de nouveau expliquer aux enquêteurs la présence d’escort girls lors de plusieurs soirées.

Selon les informations diffusées par Closer, le joueur aurait dépensé 15.000 euros pour faire venir des filles afin d’agrémenter quelques soirées. On parle d’une dizaine d’escort girls qui auraient accepté l’offre de passer un week-end à Munich en compagnie du joueur. Néanmoins, ces jeunes filles n’auraient pas été assez payées que pour aller plus loin qu’un simple accompagnement…

Malgré que le Français ait pu ressortir libre de son audition, l’enquête se poursuit sachant que l’une d’entre elle était âgée de seulement 17 ans au moment des faits.

La police confirme, son avocat sort de l’ombre

«Frank Ribéry a été entendu le 26 novembre comme simple témoin. Il est ressorti libre et aucune charge n’a été retenue contre lui», a confirmé à l’AFP une source policière.

«Il a, simplement et spontanément, répondu à une enquête de police sans qu’il ne soit visé personnellement par les faits aujourd’hui relatés. Monsieur Franck Ribéry n’a commis aucune infraction d’aucune sorte et toute information contraire, serait purement mensongère», a réagi dans un communiqué son avocat Me Carlo Alberto Brusa.

«La manière insidieuse avec laquelle cette information est présentée et l’assimilation de cette audition à une enquête de prostitution, associée, en outre, à l’affaire +Zahia+ a pour effet de dresser une présentation calomnieuse des faits relatés qui porte préjudice à l’image de Monsieur Franck Ribéry», insiste l’avocat qui précise que «toute information en ce sens, qui n’aurait donc pour but que de salir la réputation du joueur, fera l’objet d’une procédure judiciaire immédiate  ».

Italie : My way, la biographie autorisée de Silvio Berlusconi

De notre correspondante à Rome,

La sortie de la biographie de Silvio Berlusconi est bel et bien l’évènement médiatique du jour en Italie. Cet ouvrage réalisé grâce à une centaine d’heures d’entretiens entre le printemps 2014 et l’été 2015, assorti d’une vidéo de présentation filmant Silvio Berlusconi dans son Disneyland de 180 hectares, sa demeure d’Arcore près de Milan, est effectivement très attendu. Le journaliste Alan Friedman, promet que le lecteur apprendra vraiment beaucoup de choses sur l’enfance de Silvio Berlusconi dans les faubourgs de Milan ; sur ses jeunes années d’animateur de croisière, de crooner, sur son passé d’entrepreneur immobilier, ses relations familiales. Ses passions sont également évoquées entre le Milan AC, un de ses plus grands amours, ses gadgets, dignes des films de James Bond, et les jeunes femmes. Le magnat des médias, qui vient de fêter ses 79 ans avec sa fiancée napolitaine Pascale, âgée de trente ans, parle aussi de ses nouvelles aspirations.

Berlusconi et les femmes

L’ancien président du Conseil a même accepté de parler, à sa manière, de sa période très libertine, entre 2010 et 2011, qui lui a coûté cher, en termes politiques, judiciaires et financiers. Par exemple il dit ne se sentir coupable de rien. Mais il reconnaît porter « le poids de la ruine de la vie des jeunes femmes », qu’il a invitées à ses élégants dîners, et dont le nom a été cité par tous les journaux. Ce qui les a systématiquement transformées « en escort girl de Silvio Berlusconi ». Il en veut beaucoup aux juges. Toutefois, il admet clairement qu’il a aidé ces femmes, les aide encore et continuera à les aider –financièrement- « tant qu’elles en auront besoin ».

La dernière victoire

Silvio Berlusconi a battu, jusqu'à présent, tous les records de longévité en tant que chef de gouvernement. La politique tient donc une place très importante dans My way, de sa descente « dans l’arène » en 1994 à l’été 2015, l’été le plus dur en termes d’échec puisque le fondateur de Forza Italia a été abandonné pratiquement par toutes les grosses pointures de son parti. Aujourd’hui, seuls 12 % des électeurs seraient encore prêts à voter pour Forza Italia. Mais le biographe soutient qu’en dépit de tous ces procès - pour corruption, fraude fiscale, prostitution de mineure, etc - et de son âge, Silvio Berlusconi n’entend pas encore jeter l’éponge. Il rêve de remporter une dernière victoire.

Poutine, Sarkozy, Clinton et Silvio

Évidement My Way raconte tout un tas d’anecdotes sur les relations entretenues par l’ex-Cavaliere avec certains chefs d’État ou de gouvernement, comme son cher ami de longue date, Vladimir Poutine, ou encore avec Hillary Clinton, Barack Obama, Tony Blair, Angela Merkel et même Nicolas Sarkozy. Le chapitre consacré à son rôle politique est particulièrement riche, dans la mesure où Silvio Berlusconi a dominé la scène politique italienne pendant près d’un quart de siècle.
 

Le Bouscat : deux « escroc'girls » dénoncées par des clients mécontents

Publicité

N

athalie, 41 ans et Marguerite, 54 ans, ont été condamnées vendredi après midi à quatre mois de prison avec sursis et mise à l'épreuve pour escroquerie et vol.

Publicité

Elles avaient été interpellées au mois de février dernier par les policiers de la brigade de lutte contre le proxénétisme. Nathalie et Marguerite sont voisines. Toutes les deux sont dans une situation financière précaire. Il y a un peu plus d'un an, Nathalie, mère de famille, a décidé de se livrer à la prostitution. Elle a demandé à son amie Marguerite, elle-même ancienne prostituée, d'utiliser une de ses chambres. Nathalie a publié des photos et un numéro de téléphone portable à la rubrique rencontres de sites Internet d'annonces. Les clients sont arrivés. Comme convenu, Nathalie a assumé les prestations proposées dans la chambre de l'appartement de Marguerite. Puis elle a imaginé un autre scénario. Elle recevait le client comme convenu et encaissait les 130 ou 150 euros demandés.

Lettre anonyme

Tandis que le client allait dans la salle de bain, elle quittait l'appartement. Marguerite était chargée d'envoyer le client à la supérette voisine, en lui assurant que Nathalie l'y attendait.

En réalité, l'homme ne la retrouvait pas. Un client a mal pris de s'être fait gruger et a averti la police en adressant une lettre de dénonciation courageusement anonyme et un rien baroque. « Marié et heureux dans mon couple, il m'arrive parfois de faire appel aux services d'escort girls […] », écrivait-il, avant de raconter la mésaventure dont il a été victime, en donnant le nom et l'adresse de Marguerite. « Je suis reparti uniquement soulagé de 130 euros remis à la fuyarde mais bien décidé à ne pas en rester là, ajoute le client frustré. Non pas que la somme perdue dans l'affaire mette en cause mon équilibre budgétaire, ni que ma santé affective en fut atteinte, mais au nom de ceux qui auraient à connaître la même mésaventure et pour qui le montant de la prestation représenterait un certain effort financier », justifiait, en conclusion, l'homme heureux en ménage.

Me Yoanna Follope, qui défendait Nathalie lors de l'audience de vendredi, n'a pas manqué de souligner la nature incommodante de cette lettre et de mettre en parallèle la situation sociale extrêmement fragile de Nathalie. « Elle a du mal à se pardonner ce qu'elle a fait », a soutenu l'avocate en pointant sa cliente qui ne cessait de pleurer, avant de stigmatiser « ces clients qui dénoncent les faits anonymement et n'ont pas le courage de venir à la barre ».

Pour l'avocate, « ce dossier est celui de la misère de deux femmes qui avaient besoin d'argent. Des escroc'girls qui n'ont pas été très malines ». Me Guillaume Larre, avocat de Marguerite, poursuivie aussi pour proxénétisme, dénonçait « une infraction polysémique qui recouvre des situations extrêmement différentes ».

Le président du tribunal, Alain Reynal, comme le vice-procureur Jean-Louis Rey, qui avait requis des peines avec sursis, semblaient partager une opinion proche de celle des deux avocats.

Des Jeux olympiques à la prostitution de luxe

Le sport et le sexe. Suzy Hamilton a pratiqué les deux… à un très haut niveau. Ceux qui ont bonne mémoire se souviennent peut-être de cette athlète s’écroulant dans l’ultime ligne droite de la finale du 1500 m des Jeux de Sydney, en 2000, alors qu’elle avait fait la course en tête. Adieu la médaille olympique! Et fin de carrière. Car dans la foulée, la vie de la triple sélectionnée olympique (1992, 1996 et 2000) et septuple championne des Etats-Unis de demi-fond bascule. Dans la prostitution de luxe.

«Je suis devenue complètement accro au sexe», raconte Suzy Hamilton dans Fast Girl, son livre paru lundi aux Etats-Unis. «Ma volonté d’être la meilleure sur la piste a été remplacée par le désir d’être la meilleure au lit.» Suzy, l’ancienne athlète reconvertie dans un premier temps dans l’immobilier, l’épouse et la mère de famille, deviendra Kelly, l’une des escort girls les plus chères de Las Vegas. Le tarif? 600 dollars l’heure, 4000 dollars la demi-journée.

«Le sexe était le truc le plus fort pour calmer mon mal»

«J’aurais pu devenir alcoolique ou toxicomane… mais le sexe était le truc le plus fort pour calmer mon mal, lit-on dans Fast Girl. Vous en venez à faire des trucs de plus en plus dingues. (…) Je proposais à mon mari des trios avec mes meilleurs clients (…) Il me demandait si j’avais perdu la tête, il n’était pas au courant de ma dépendance.» L’ex-athlète reconnue par un client, le scandale éclate en 2012. Suzy «Kelly», qui a pensé un moment au suicide, est diagnostiquée bipolaire et mise aussitôt sous traitement.

Pour Suzy Hamilton, 47 ans, la prostitution appartient aujourd’hui au passé. Devenue professeure de yoga, elle vit avec son mari et sa fille de 10 ans. «Restez debout, soyez fier de vous. L’existence est trop courte pour la vivre dans la honte», écrit-elle dans Fast Girl. Où elle ne manque pas de rendre hommage à son frère Dan, qui s’est suicidé en 1999. Lui aussi était bipolaire… (TDG)

(Créé: 16.09.2015, 18h27)

VIDEO. Une Américaine abat son agresseur, un serial killer présumé

Une arme à la main, Niels Falls a tenté d'étrangler Heather, une escort girl de Charleston (Virgine-Occidentale), le 18 juillet dernier. Mais la victime ne s'est pas laissée faire et a retourné le pistolet contre son agresseur. Heather a échappé au pire. L'homme est en effet soupçonné d'être lié à plusieurs crimes.

Dans la voiture de Niels Falls, la police a retrouvé tout un attirail – machette, couteaux – et l'un de ces objets aurait servi à commettre un meurtre, indique CBS. L'homme pourrait donc être impliqué dans la mort d'une escort girl de 22 ans, dont le corps démembré avait été retrouvé en 2005 au bord d'une autoroute de l'Illinois. Neals Falls travaillait dans la ville dans laquelle a disparu la jeune femme. Trois autres prostituées ou escort girls se sont volatisées dans cette région entre 2003 et 2006.

Lors de l'agression d'Heather, Niels Falls semblait déterminé, selon le témoignage de la victime. Il s'est présenté au domicile de la jeune femme et a posé une simple question - "Vivre ou mourir ?" - avant de se jeter au cou de sa victime.

Le JT

Les autres sujets du JT

La police a retrouvé machette, hache, menottes ou encore couteaux dans la voiture de Niels Falls; le 18 juillet dernier.La police a retrouvé machette, hache, menottes ou encore couteaux dans la voiture de Niels Falls; le 18 juillet dernier. ( FRANCE 2 / FRANCE TV INFO )

Rihanna et Karim Benzema : une relation depuis plus d’un an ?

Rihanna et Karim Benzema.

Rihanna et Karim Benzema ne se quittent plus. Il semble que cela devienne sérieux entre eux. Rihanna a été vue avec le footballeur du Real Madrid ce samedi 13 juin. Désormais, les fans de la jeune femme cherchent à en savoir un peu plus sur Karim Benzema. Rihanna a commencé à le fréquenter un an après l'abandon de l'affaire Zahia Dehar.

Rihanna et Karim Benzema, tous deux âgés de 27 ans, se sont rendus la semaine dernière au Giorgio Baldi, un restaurant italien. En véritable adepte des beaux restaurants, il était évident que l'interprète d'American Oxygen y emmène le footballeur. Les deux « amants » sont entrés dans le restaurant chacun de leur côté selon le magazine People. Ce dîner était la deuxième sortie en public du couple. En effet, mercredi 10 juin dernier, au soir, Rihanna et Karim ont été repérés au Hooray Henry, un bar à cocktails en Californie. Une source présente sur les lieux a confié au tabloïd People que la belle Barbadienne et le footballeur « ont bu un verre et étaient très proches pendant le spectacle. »

Rihanna soutient Karim Benzema sur Twitter

Les premières rumeurs sur le couple sont apparues l'an dernier. Quelques temps après la relaxation de Karim Benzema dans l'affaire Zahia Dehar. Rihanna et Karim Benzema ont échangé à la vue de tous sur Twitter en juin 2014. Rihanna a fait le premier pas et a partagé son soutien pour le joueur lors de la Coupe du Monde. « @Benzema Je ressens ta douleur en ce moment ! », avait écrit la chanteuse de 27 ans. « @Rihanna On n'a rien sans peine, merci pour le soutien ! », lui avait répondu Karim. Le mois suivant, Rihanna a également utilisé Twitter pour donner le surnom de « mon bébé » au joueur du Real Madrid.

Ces échanges entre les deux stars ont commencé à l'époque où Karim Benzema était accusé d'avoir eu des relations sexuelles avec des prostituées mineures. Il était reproché à Karim d'avoir eu des relations sexuelles avec Zahia en 2008 alors que la jeune escort-girl était mineure. Selon un rapport, les footballeurs de la Ligue des Champions faisaient appel aux services d'escort-girls. Le procès a débuté en juin 2013 et le 30 janvier 2014, Karim Benzema a été relaxé et a enfin pu tourner la page.

Contrairement à Franck Ribery - qui a admis avoir eu des relations sexuelles avec Zahia Dehar - aucune preuve n'a permis de confirmer si Benzema a lui aussi eu des relations avec la jeune escort. Le jeune homme de 27 ans a toujours nié. Rihanna est donc au courant du passé controversé de Karim mais n'a pas l'air de s'en soucier. De leur côté, les fans de Riri ont mené quelques recherches sur son nouveau « boy friend » et se sont entretenus avec le magazine People. Certains ont appris que Karim était, semble t-il, sorti avec l'une de ses cousines, Chloé de Launay. En revanche, il y a peu d'informations sur la jeune femme sur Internet et rien d'affirmer que Chloé est bel et bien la cousine du footballeur. Dans tous les cas, certains fans de Rihanna ne sont pas enchantés de la savoir en couple avec Karim Benzema ! Aïe...

Affaire du Carlton : décision aujourd’hui

Dominique Strauss-Kahn et les treize autres prévenus du procès du Carlton de Lille connaîtront aujourd’hui la décision du tribunal. Hasard du calendrier : leur procès pour proxénétisme aggravé trouve son épilogue le jour même du retour du texte sur la prostitution à l’Assemblée.

En février, les quinze jours d’audience de l’affaire du Carlton avaient permis aux clients et prostituées de s’exprimer. Et très vite le procès intenté à DSK et à ses coprévenus (*) s’était transformé en procès de la prostitution elle-même. Le récit des escort-girls du Carlton avait battu en brèche l’idée de la prostitution choisie : « J’ai perdu mon emploi. J’étais dans l’événementiel dans l’hôtellerie », avait raconté l’une des prostituées à la barre. « J’ai rencontré des filles qui m’ont poussée. » Plusieurs escort-girls avaient évoqué la « violence » des rapports sexuels qui leur étaient imposés, l’une d’elles parlant même de « boucherie ». Le procès du Carlton a eu pour effet immédiat de ressortir la proposition de loi contre la prostitution des tiroirs où elle dormait depuis son adoption en première lecture par les députés, en décembre 2013. Le texte a été mis à l’ordre du jour du Sénat, qui ne s’est cependant pas laissé impressionner. Le 30 mars, il rétablissait à une large majorité le délit de racolage passif, et supprimait la pénalisation du client. « Je crains que la pénalisation des clients n’ait pour effet de dégrader la situation sanitaire et sociale déjà préoccupante des personnes prostituées », avait expliqué le sénateur de la Manche, Jean-Pierre Godefroy (PS). En désaccord avec le gouvernement, il a démissionné de la présidence de la commission spéciale du Sénat chargé d’examiner le texte.

Trois mois plus tard, on espère à gauche que le procès du Carlton aura fait évoluer les sentiments des élus vers la nécessité de punir les clients. À l’Assemblée, c’est acquis, au Sénat c’est beaucoup moins sûr. Surtout si Dominique Strauss-Kahn était relaxé, comme requis par le procureur…

( *) Parmi lesquels Dominique Alderweireld, dit Dodo la Saumure, gérant de bars « montants » en Belgique ; René Kojfer, le communicant du Carlton ; le commissaire de police Jean-Christophe Lagarde ; l’entrepreneur de BTP David Roquet…

6 et 7 ans de prison requis contre les chefs d’un gang

La procureure Françoise Toillon a requis sept ans de prison ferme et la révocation d'un sursis de dix-huit mois ce jeudi matin contre Mourat Taipov.

Elle a souligné le rôle central du Strasbourgeois de 29 ans d'origine tchétchène ancien réceptionniste de nuit dans un hôtel, impliqué dans une dizaine d'agressions d'escort girls russes et roumaines dans des chambres d'hôtel.

Sept autres hommes, majoritairement d'origine tchétchène, comparaissent depuis hier devant le tribunal correctionnel de Strasbourg pour des faits de vol avec violence et d'association de malfaiteurs.

La représentante du ministère public a réclamé des peines d'emprisonnement à l'encontre de tous les prévenus. notamment six ans ferme contre Zeshikhan Madaev, jeune homme de 25 ans, qui "a dirigé plusieurs agressions".

DSK: “Je n’ai pas de recruteur, si ce n’est moi-même”

Le tribunal s'est penché sur un voyage de trois jours à Washington, qui s'est déroulé en décembre 2010. Deux escort-girls, "Estelle" et "Marion", avaient été payées 2.500 euros pour quatre heures de prestation lors de leur séjour américain. Elles avaient accompagné Fabrice Paszkowski, David Roquet, Jean-Christophe Lagarde et le supérieur hiérarchique de ce dernier au sein de la police nationale. Le but était de rencontrer Dominique Strauss-Kahn, alors directeur du Fonds monétaire international en poste dans la capitale fédérale américaine.

Entre 2007 et 2010, Estelle et DSK ont eu une dizaine de relations sexuelles à Paris, Bruxelles, Lille et Washington. Si Estelle se dit libertine et affirme qu'elle ne vend pas ses charmes, le président du tribunal a relevé que la Belge avait menacé de ne pas avoir de relations sexuelles sur le sol américain si elle ne percevait pas son argent de Fabrice Paszkowski.

Le commissaire divisionnaire Jean-Christophe Lagarde, qui s'étonne d'être considéré comme "la seconde personne à choyer après DSK" comme l'a déclaré Estelle, précise que plusieurs incidents ont éclaté entre la jeune Belge et Fabrice pour un motif d'ordre financier durant le séjour.

DSK ne conteste pas la version d'Estelle selon laquelle il lui a proposé de lui payer ses frais de voyage de Bruxelles vers Paris, sans passer par Fabrice Paszkowski, car il s'entendait bien avec "cette libertine parfaitement assumée". Il dément néanmoins lui avoir demandé combien elle était payée pour entretenir des relations sexuelles avec lui car "elle ne lui est jamais apparue comme étant une prostituée".

Estelle, et d'autres filles, ont qualifié Fabrice Paszkowski de "recruteur" ou de "commerçant" pour DSK. Ce dernier prétend pour sa part qu'il n'a pas de "recruteur", si ce n'est lui-même.

Réagir

Ile-de-France : un vaste réseau d’escort-girls chinoises démantelé

06 Févr. 2015, 19h26 | MAJ : 06 Févr. 2015, 20h10

Un vaste réseau de prostitution à tiroirs, ayant recours à quelque deux cents escort-girls chinoises pour une riche clientèle de même nationalité, vient d'être démantelé en région parisienne.

La préfecture de police de Paris a précisé vendredi que les enquêteurs de la brigade de répression du proxénétisme (BRP) de la police judiciaire parisienne avaient lancé la semaine dernière une vaste opération d'interpellations qui a conduit au «démantèlement de trois réseaux de proxénètes chinois implantés dans une vingtaine d'établissements de restauration-karaokés déclarés ou clandestins» de Paris, de Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne.

Depuis mai 2014, les policiers ont mené une enquête qui leur a permis d'identifier trois équipes d'escort-girls, composées de plus de 200 jeunes femmes, avec à leur tête des proxénètes appartenant à un réseau très structuré.

Les taxis clandestins convoyaient filles et recettes

Ceux-ci procédaient au recrutement de ces femmes par le biais de petites annonces, puis les exploitaient dans des restaurants-karaokés. Ils avaient recours, dans le cadre de ce trafic, à un réseau de taxis clandestins se chargeant de les conduire dans lesdits établissements et de récupérer une partie des sommes qu'elles gagnaient.

«L'argent était ensuite envoyé en Chine», a fait valoir la préfecture et «les perquisitions menées ont notamment conduit à la saisie de plusieurs dizaines de milliers d'euros».

«Les investigations étaient toujours en cours» vendredi, a dit la PP sans autre détails. Selon des sources proches de l'enquête, une vingtaine de restaurants sont ou ont été visés par la police au fil des investigations qui ont débuté bien avant 2014 pour certaines d'entre elles.

Les clients étaient de riches commerçants chinois

La clientèle était composée de riches commerçants chinois parfois venus de Chine jusqu'en France.

Les prostituées — de soi-disant étudiantes — percevaient entre 500 et 800 € par relation sexuelle dont une partie était reversée aux présumés dirigeants.

Au moins deux présumés proxénètes, un homme et une femme chinois de 28 ans et 25 ans, ont été écrouées et des établissements ont été fermés. Ces équipes «à tiroirs» travaillaient pour un seul et même «vaste réseau» avec des «prête-noms».

> Restez informés ! Inscrivez-vous gratuitement aux newsletters et alertes du Parisien