Berlusconi : des escort-girls aux seniors

Berlusconi : des escort-girls aux seniors - 16/04/2014 - leParisien.fr
En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. ok En savoir plus

Politique Publié le 16 avril 2014, 07h00

Mon activité Vos amis peuvent maintenant voir cette activité

Supprimer X

L'EX-CAVALIERE AU CHEVET des handicapés et des personnes âgées. C'est ce qui attend Silvio Berlusconi. Hier, le tribunal d'application des peines de Milan a finalement décidé qu'il purgerait sa condamnation à un an de détention sous forme de travaux...

Le Parisien

Réagir à l'article

Réagir à l'article

L'intégralité du Parisien

à partir de 1

j'en profite

newsletters

Recevez les principaux titres de l’actualité...

Recevoir

FAQ Foire aux questions

AUTO avec LaCentrale.fr

  • CITROEN - C3

    CITROEN C3

    5 850 €

  • ALFA ROMEO - MITO

    ALFA ROMEO MITO

    14 490 €

  • MAZDA - 6

    MAZDA 6

    21 490 €

Trouvez en quelques clics votre voiture idéale !

Rechercher

Alerte Info

Prison ferme pour trois hommes qui avaient aidé des “escort girls” adolescentes

En juin 2013, une mère incrédule découvrait le pot aux roses en lisant des courriels de sa fille et prévenait la police. Un faux rendez-vous était organisé dans un palace cannois, où les adolescentes étaient arrivées en cabriolet, maquillées et coiffées de perruques.

14 et 15 ans

Hasard du calendrier, le réalisateur François Ozon venait de présenter au Festival de Cannes son film "Jeune et Jolie", l'histoire d'une adolescente de 17 ans s'adonnant par choix avec une apparente indifférence à la prostitution avec des hommes mûrs rencontrés sur internet. Les trois jeunes filles cannoises nées en 1997 et 1998, qui se sont livrées à ce type de prostitution très marginal, n'étaient pas présentes lundi au tribunal.

"C'est un travail que j'aime beaucoup, j'aime fréquenter les hommes plus âgés, je suis fière de ce que j'ai fait", avait indiqué l'une d'elles aux enquêteurs l'été dernier.

Une enquête de neuf mois

Pratiquant du sport quotidiennement pour atteindre "la perfection physique", elles ont indiqué vouloir devenir des actrices de films pornographiques "à Los Angeles". En attendant, les adolescentes demandaient de 150 à 500 euros par client. Une enquête de neuf mois a permis de mettre la main sur trois présumés proxénètes.
 
Fédérico, 46 ans, coursier dans une société monégasque, est soupçonné de leur avoir présenté des clients et de les avoir véhiculées.

"Je savais pas qu'elles se prostituaient, elles m'ont dit qu'elles étaient escort girls", a-t-il précisé lundi.

"Vous jouez sur les mots", lui rétorque le président du tribunal. "Je n'ai présenté personne, excepté un ami", s'empresse d'ajouter Fédérico. Il a aussi mis en contact les jeunes filles avec un acteur porno, qui a tourné une vidéo avec elles à son domicile.

Des "robes de travail"

Ljubomir, un chauffeur de taxi clandestin slovène de 57 ans, précise qu'il leur a juste acheté des "robes de travail". Quant à Kevin, 20 ans, soupçonné d'avoir cherché des clients sur internet, il dit avoir présenté aux jeunes filles à titre "amical" le patron d'un restaurant japonais où il était serveur. Reste que des vidéos ont également été tournées chez
lui. "Oui mais à mon insu, quand j'étais pas dans la chambre", a-t-il stipulé.

Une peine de prison d'un an a été requise à l'encontre de Kevin, une peine de deux ans pour les deux autres hommes. Kévin a écopé d'une peine de prison ferme de sept mois, Ljubomir a été condamné à un an d'emprisonnement et Fédérico à deux ans fermes.

Prison ferme pour trois hommes qui avaient aidé des “escort girls” adolescentes – Yahoo Actualités …

Trois hommes, qui ont aidé trois adolescentes de 14 et 15 ans à se prostituer volontairement à Cannes, ont été condamnés lundi 14 avril à des peines de prison ferme, allant jusqu'à deux ans, par le tribunal correctionnel de Grasse (Alpes-Maritimes). En juin 2013, une mère incrédule découvrait le pot aux roses en lisant des courriels de sa fille et prévenait la police. Un faux rendez-vous était organisé devant un hôtel, où deux des adolescentes étaient arrivées maquillées et coiffées de perruques, comme le raconte Nice-Matin.

Les trois jeunes filles cannoises nées en 1997 et 1998, qui se sont livrées à ce type de prostitution très marginal (en 3ème au collège puis en seconde au lycée), n'étaient pas présentes lundi au tribunal. "C'est un travail que j'aime beaucoup, j'aime fréquenter les hommes plus âgés, je suis fière de ce que j'ai fait", avait dit l'une d'elles aux enquêteurs l'été dernier.

Objectif : devenir actrice porno "à Los Angeles"

Pratiquant du sport quotidiennement pour atteindre "la perfection physique", elles ont déclaré vouloir devenir des actrices de films pornographiques "à Los Angeles". En attendant, les adolescentes demandaient de 150 à 500 euros par client, souvent des hommes mariés aisés.

Une enquête de neuf mois a permis de mettre la main sur trois présumés proxénètes. Fédérico, 46 ans, coursier dans une société monégasque, est soupçonné de leur avoir présenté des clients et de les avoir véhiculées. "Je savais pas qu'elles se prostituaient, elles m'ont dit qu'elles étaient escort girls", a-t-il précisé devant le tribunal, lundi. "Vous jouez sur les mots", lui a rétorqué le président du tribunal. "Je n'ai présenté personne, excepté un ami", s'est empressé d'ajouter Fédérico. Il a aussi mis en contact les jeunes filles avec un acteur porno, qui a tourné une vidéo avec elles à son domicile.

Ljubomir, un chauffeur de taxi (...) Lire la suite sur Francetv info

Le beau temps a fait grimper le nombre de morts sur les routes en mars
Ce que l'on sait de la fusillade sur l'autoroute A7 à Marseille
Corse : un ancien militant nationaliste abattu dans sa voiture à Sartène
VIDEO. Un enfant de 18 mois fait une chute mortelle du 5e étage en Saône-et-Loire
Pays-Bas : une adolescente arrêtée pour une menace d'attentat sur Twitter

Escort girls: prison ferme pour 3 hommes

Trois hommes, qui ont aidé trois adolescentes de 14 et 15 ans à se prostituer volontairement à Cannes, ont été condamnés aujourd'hui à des peines de prison ferme allant jusqu'à deux ans par le tribunal correctionnel de Grasse (Alpes-Maritimes). En juin 2013, une mère incrédule découvrait le pot aux roses en lisant des courriels de sa fille et prévenait la police. Un faux rendez-vous était organisé devant un hôtel, où deux des adolescentes étaient arrivées maquillées et coiffées de perruques.

Hasard du calendrier, le réalisateur François Ozon venait de présenter au Festival de Cannes son film "Jeune et Jolie", l'histoire d'une adolescente de 17 ans s'adonnant par choix avec une apparente indifférence à la prostitution avec des hommes mûrs rencontrés sur internet. Les trois jeunes filles cannoises nées en 1997 et 1998, qui se sont livrées à ce type de prostitution très marginal (en 3ème au collège puis en seconde au lycée), n'étaient pas présentes lundi au tribunal. "C'est un travail que j'aime beaucoup, j'aime fréquenter les hommes plus âgés, je suis fière de ce que j'ai fait", avait dit l'une d'elles aux enquêteurs l'été dernier.

Pratiquant du sport quotidiennement pour atteindre "la perfection physique", elles ont déclaré vouloir devenir des actrices de films pornographiques "à Los Angeles". En attendant, les adolescentes demandaient de 150 à 500 euros par client, souvent des hommes mariés aisés. Une enquête de neuf mois a permis de mettre la main sur trois présumés proxénètes. Fédérico, 46 ans, coursier dans une société monégasque, est soupçonné de leur avoir présenté des clients et de les avoir véhiculées. "Je savais pas qu'elles se prostituaient, elles m'ont dit qu'elles étaient escort girls", a-t-il précisé aujourd'hui.

"Vous jouez sur les mots", lui a rétorqué le président du tribunal. "Je n'ai présenté personne, excepté un ami", s'est empressé d'ajouter Fédérico. Il a aussi mis en contact les jeunes filles avec un acteur porno, qui a tourné une vidéo avec elles à son domicile. Ljubomir, un chauffeur de taxi clandestin slovène de 57 ans, précise qu'il leur a juste acheté des "robes de travail". Quant à Kevin, 20 ans, soupçonné d'avoir cherché des clients sur internet, il dit avoir présenté aux jeunes filles à titre "amical" le patron d'un restaurant japonais où il était serveur. Des vidéos ont également été tournées chez lui. "Oui mais à mon insu, quand j'étais pas dans la chambre", a-t-il stipulé.

Kévin a écopé d'une peine de prison ferme de sept mois, Ljubomir a été condamné à un an d'emprisonnement et Fédérico à deux ans fermes.

Ados escort-girls à Cannes: prison ferme pour les proxénètes

Trois hommes soupçonnés d'avoir été les proxénètes de prostituées adolescentes à Cannes ont été condamnés ce lundi à la prison ferme.

L'affaire avait défrayé la chronique... Âgées de 14 à 15 ans, trois adolescentes cannoises - qui avaient expliqué aux enquêteurs vouloir devenir actrices de films pornos aux USA - s'étaient adonnées à la prostitution pendant un an, d'avril 2013 à mars 2014.

Un Villeneuvois de 48 ans a été condamné ce lundi à deux ans de prison ferme pour "proxénétisme aggravé". Il avait aidé les jeunes prostituées à réaliser une vidéo pour leur book, leur avait présenté des clients potentiels ainsi qu'un acteur porno, et les avait accompagné à des rendez-vous,

Un chauffeur de taxi clandestin de 57 ans, qui avait pour mission de véhiculer les filles, a pour sa part écopé d'un an ferme.

En deçà des réquisitions

Le tribunal a également condamné un Cannetan de 24 ans, chargé, selon les jeunes filles, de trouver des clients, à sept mois ferme.

Le procureur avait requis deux ans ferme à l'encontre des deux premiers prévenus et un an ferme pour le troisième.

"A la tête du client"

Les adolescentes, qui ne sont pas venues assister au procès, pratiquaient des tarifs de 150 à 250€, selon la tête des clients, "cool", "nounou" ou "sauvage".

Tarifs qui pouvaient atteindre les 500€ avec usage de menottes, bondage ou gode ceinture.

Pour devenir "stars du porno" à Los Angeles

Les gamines rêvaient de devenir actrices de films porno à Los Angeles, voulaient gagner de l'argent pour se refaire la poitrine et faisaient du sport tous les jours pour atteindre la perfection physique.

"C'est un travail que j'aime beaucoup. Les clients sont tous différents, ça change tout le temps. Je suis fière de ce que j'ai fait", avait déclaré l'une d'elle aux enquêteurs.

Se prostituer pour payer ses études: voici le témoignage fort d’une ancienne étudiante

Sous le couvert de l’anonymat, une ancienne étudiante de l’ULB a révélé son passé d’escort-girl. Pendant quelques années, Sandra (prénom d’emprunt) a vendu ses charmes pour faire face aux coûts de ses études. "Je viens d’un milieu moyen mais quand même ce n’était pas suffisant parce que je pense que l’on ne se rend pas compte que quelque part on doit toujours faire face à beaucoup de frais et que même quand les parents aident, c’était vraiment pas facile. Donc oui, évidemment j’ai dû recourir à ce genre de service", confie-t-elle à notre journaliste Jessica Nibelle.

Pour la jeune femme, décrocher un diplôme était l’objectif final à atteindre à tout prix."Peu importe les moyens. C’était extrêmement important. La compétitivité est tellement grande que c’est très important de le décrocher, d’avoir les plus grandes distinctions pour être justement plus attrayante sur le marché de l’emploi."

"Je n’ai pas eu beaucoup de rapports sexuels avec mes clients"

Sandra publié des petites annonces et a gagné jusqu’à 250 euros par sortie. De l’argent rapidement gagné et qui demande moins de temps qu’un job étudiant."On m’a proposé d’aller dans une espèce de spa habillé et puis après la même chose mais nue. Donc, voilà ça montait vraiment en escalade. Mais je n’ai pas eu beaucoup de rapports sexuels avec mes clients, presque rien. C’était plutôt de l’accompagnement. Je les écoutais, limite c’est comme s’ils avaient une psy-copine. C’est comme cela à mon avis qu’ils devaient me voir et aussi une petite jeune que l’on montre comme une sorte de trophée", pense la jeune femme. 

La prostitution estudiantine est un sujet tabou et probablement marginal, mais le phénomène toucherait tous les campus du pays."Entendre ce genre de chose, je trouve cela surprenant mais  il y a beaucoup de personnes qui n’ont pas beaucoup de sous et c’est peut-être le seul moyen qu’elles trouvent pour payer le logement ou les études", estime une étudiante. "C’est quand même une banalisation des rapports sexuels, des rapports amoureux qui fait qu’effectivement cela laisse une porte grande ouverte à ce genre d’activités", indique Carol Thomson, sexologue.  

"Cela m’étonne que des étudiants doivent se livrer à cela"

Cette année, 8.000 étudiants ont demandé une aide financière au service social de l’ULB. Un chiffre qui est en augmentation. 90% des demandeurs ont reçu satisfaction."Les étudiants n’osent peut-être pas franchir la porte du service social, mais quand nous mettons autant de moyens à la disposition des étudiants, cela m’étonne que des étudiants doivent se livrer à cela pour assumer les frais d’études", estime Anita Mathieu, directrice du Service social de l’ULB.

Sandra voit son passé d’escort-girl comme une parenthèse dans sa vie. Elle ne nourrit pas de regrets mais se dit consciente d’avoir eu de la chance que sa sécurité n’ait jamais été menacée.

Escort girls à 15 ans à Cannes: le père de Manon cherche à comprendre

Il a été prévenu la veille du procès. Hubert, gestionnaire de restaurant, se présente dans la salle des pas perdus du palais de justice de Grasse. II vient d'apprendre que sa fille, lycéenne en seconde, était soupçonnée de s'être livrée à la prostitution avec sa copine Linda.

"Je ne sais rien du dossier, confie-t-il, visiblement désemparé. Je n'ai jamais été entendu par la police. Je sais que Linda avait de l'influence sur ma fille, qui la craignait. Elles se sont fâchées il y a quelques mois…"

>> Des collégiennes de Cannes se prostituaient: trois adultes incarcérés 

La mère de Linda, soutenue par Me Annabel Marie, préfère, pour l'instant, garder le silence. Anéantie par ce qu'elle a découvert.

Les fuites dans la presse, l'été dernier, sur cette affaire hors normes mais relativement simple à résoudre, auraient poussé le parquet à ne pas saisir un juge d'instruction. Les policiers ont donc poursuivi leur enquête préliminaire. Des arcanes de procédure dont Hubert reste très éloigné aujourd'hui: "Ma fille est hospitalisée pour son addiction au cannabis."

L'an passé, le commissariat de Cannes a appelé Hubert. Une première alerte sérieuse : "Manon avait été contrôlée en pleine nuit avec Ljbomir S. La police voulait que je porte plainte. Mais je pensais que son seul tort était d'être un taxi clandestin. Je n'ai pas donné suite. Quelque temps après, le même homme m'a alerté sur les fréquentations de ma fille. Ces derniers mois, elle était de plus en plus agressive. Les crises, les fugues se succédaient. Je les ai signalées à la police, mais jamais ils ne m'ont parlé de prostitution. Depuis deux mois, elle n'allait plus en cours alors qu'elle avait d'excellents résultats au premier trimestre. J'ai demandé de l'aide aux assistantes sociales. Ça a pris du temps."

>> RELIRE. A Cannes, des mineures jouaient aux escort-girls

"Je l'ai élevée seul depuis son premier anniversaire, poursuit Hubert. Ma famille est dans le Nord. Je bossais quatorze heures par jour. Là, j'ai arrêté mon boulot pour m'occuper d'elle. J'ai bon espoir qu'elle ait compris qu'elle était sur la mauvaise voie."

Collégiennes le jour, escort-girls la nuit

Trois mineures, scolarisées au collège de Cannes, mènent une double vie depuis un an. Elles sont devenues des escort-girls avec l'aide de trois hommes aujourd'hui incarcérés.

Le cadre peut sembler idyllique. Elles sont trois amies inséparables. Quinze ans chacune. Toutes scolarisées au collège de Cannes avec de bons résultats. Elles sont même issues de milieux sociaux favorisés. Et pourtant… Il y a un an, ces trois adolescentes ont décidé de devenir escort-girls avec l'aide de trois adultes mal intentionnés. Ces derniers, des riches cadres de la «French Riviera», ont profité de leurs prestations sexuelles contre de l'argent. Beaucoup d'argent. Mercredi, selon «Nice Matin», le tribunal correctionnel de Grasse a incarcéré ces trois hommes, accusés d'avoir facilité la prostitution des adolescentes. Ils sont âgés de 19, 46 et 57 ans.

Le tribunal jugera seulement les trois hommes dans le cadre d'une comparution immédiate, les filles ayant commis l'acte de se prostituer volontairement. Par contre, l'affaire s'annonce compliquée pour les trois prévenus. Toujours selon «Nice Matin», le plus jeune était le petit ami de l'une d'elles. Le second servait de chauffeur pour les transporter. Le troisième conservait les tenues coquines et gérait l'argent. Le procès aura lieu le 14 avril prochain.

Pas une première à Cannes

Déjà en septembre 2013, deux mineures de 14 et 15 ans avaient mené cette double vie dans la ville de Cannes. Même profil: bons résultats scolaires, amies sans histoire, filles issues de bonnes familles et complicité d'un adulte d'une quarantaine d'années. Les deux filles, le soir venu, enlevaient l'uniforme de l'adolescente idéale et devenaient escort-girls. Ce sont des proches qui avaient découvert la vérité en fouillant dans la messagerie de l'une d'elles. Par la suite, l'enquête a révélé que les filles pouvaient toucher jusqu'à 50 000 euros en deux jours. Argent facile? Devant les caméras de M6, pour l'émission «Enquête exclusive», les adolescentes avaient déclaré sans gêne que leur but était clair: «Se refaire la poitrine et devenir une star du X aux Etats-Unis…»

Il engage une escort-girl et tombe sur la fiancée de son fils !

Par manon-p16

Comment pourrir l'ambiance familiale ? Ce septuagénaire en connait long sur le sujet puisqu'il vient de se rendre compte que la fiancée de son fils était loin d'être serveuse comme elle le prétendait...

La call-girl qu'il avait demandé s'est avérée être la fiancée de son fils !

Il y a quelques jours, Olivier Giroud avouait qu'il avait trompé sa femme et s'en excusait sur Twitter. Il aurait sûrement préféré garder ses petites affaires de coucheries pour lui, mais c'est peut être encore plus vrai pour ce septuagénaire vivant dans le nord de l'Italie. Alors qu'il se sentait seul, il a décidé de faire appel à une compagnie de call-girls afin de demander les services de l'une d'elle. Et difficile d'imaginer sa réaction quand il a ouvert la porte puisque l'escort-girl en question n'était autre que sa future belle-fille ! Dans cette situation gênante, la fiancée du fils et le père ont décidé d'un commun accord d'annuler la prestation et de faire comme si de rien n'était. Mais pris de remords, le vieux monsieur a fini par cracher le morceau à son fils qui croyait sortir avec une serveuse et était donc assez éloigné de la réalité. Typiquement le genre de mélo drame familial que l'on pourrait retrouver dans des magazines de société sur NRJ 12. Pas sûr que l'ambiance au prochain repas de famille soit des plus détendues...

Que pensez-vous de cette anecdote ?

Source : minutebuzz. Crédit photos / vidéos : galerie melty

Insolite

Twitter

2 commentaires
  • granger62, il y a 1 heure
    l'ambiance dans la famille à dû se refroidir depuis!

  • zendaya34, il y a 5 heures
    Je n'imagine pas la réaction de son fils.

  • Voir plus de commentaires

Article précédentKyan Khojandi : Il passe du côté sombre sur un rap...

Article suivantDéçue par les hommes, elle se marie avec son chien !

Il engage une escort girl, c’est la fiancée de son fils

Par:
7/03/14 - 10h34
© thinkstock.

En faisant appel à un service d'escort girls, un Italien de 70 ans a eu le choc de sa vie lorsqu'il a découvert le visage de sa partenaire pour la soirée.

On peut parler d'un moment gênant. Un septuagénaire de Treviso en Italie n'en a pas cru ses yeux quand sa belle-fille est venue frapper à sa porte ce soir-là. La jeune femme, d'origine sud-américaine, avait raconté à son fiancé et à toute sa famille qu'elle était serveuse.

Aussi honteux l'un que l'autre, le père et l'escort girl se sont poliment dit au revoir et après avoir longuement hésité, l'Italien de 70 ans a décidé d'avouer la vérité à son fils, relate le site de The Local.

Les deux hommes sont apparemment très fâchés depuis. L'incident s'est en effet produit il y a quatre ans, mais les médias n'en ont eu connaissance que récemment, car le fils vient de porter plainte contre son père pour coups et blessures. L'affaire n'est toujours pas réglée, faute d'accord entre les deux parties, rapporte Il Gazzettino.

Votre impression sur cet article?

Arsenal : Giroud nie l’adultère sur Twitter

Arsenal : Giroud nie l'adultère sur Twitter

Arsenal : Giroud nie l'adultère sur Twitter

Olivier Giroud pris dans le tourbillon médiatique. L'attaquant français d'Arsenal, qui a vu son nom s'étaler en une des tabloïds britanniques après que des photos compromettantes en compagnie d'une escort-girl aient été dévoilées par le Irish Sun le 9 février, a une nouvelle fois répondu publiquement sur son compte Twitter. Après avoir présenté ses excuses à son épouse, sa famille, son entraineur, ses coéquipiers et les supporters d'Arsenal, l'ancien Montpelliérain en a remis une couche ce mercredi suite à l'ampleur prise par l'affaire. Une pratique de « kiss-and-tell girls » (littéralement « embrasser raconter ») malheureusement bien connue en Angleterre pour avoir déjà livré plusieurs relations extraconjugales aux yeux du monde entier.

Les précédents Evra et Ronaldo

Pourtant, Olivier Giroud affirme qu'il n'a pas commis l'irréparable dans un nouveau tweet publié sur son compte officiel. « Une ultime précision quant à mes excuses...OUI j'ai fait une erreur mais NON je n'ai pas commis l'adultère! Que les choses soient claires... », a-t-il posté pour se défendre de ses multiples détracteurs. Par le passé, plusieurs joueurs de Premier League avaient été pris la main dans le sac par ces escort-girl prêtes à tout pour monnayer certains clichés compromettants. On se souvient notamment d'un autre français, Patrice Evra, ou encore de Cristiano Ronaldo lorsqu'il évoluait à Manchester United. En France, l'affaire Zahia avait ébranlé la carrière de Franck Ribéry et Karim Benzema en 2008. Mais les deux internationaux ont été relaxés le 30 janvier dernier.

A lire aussi

Giroud au coeur d’un scandale sexuel : une pratique récurrente des tabloïds britanniques

DÉCRYPTAGE - Pris dans le tourbillon après les révélations de tabloïds britanniques, Olivier Giroud n'est ni le premier, ni le dernier footballeur à être épinglé par la presse à scandale britannique.

Depuis une semaine, son nom s'étale en une des tabloïds britanniques. Olivier Giroud est dans la tourmente pour avoir passé la nuit précédant le match opposant son équipe d'Arsenal à Crystal Palace en compagnie d'une escort-girl, Celia Kay. Révélée par le Irish Sun le 9 février, l'affaire a pris une autre dimension lorsque le Sun a dévoilé le témoignage de la mannequin et les photos qu'elle a prises à l'intérieur de la chambre.

Marié et père de famille, l'attaquant français d'Arsenal s'est confondu en excuses sur Twitter pour tenter d'éteindre la polémique. Un acte de contrition adressé à sa femme et à sa famille, mais aussi à son entraîneur et ses coéquipiers, car il a enfreint le règlement intérieur du club. Olivier Giroud est loin d'être un cas isolé. Son nom vient en effet s'ajouter à une longue liste de personnalités, sportives ou d'ailleurs, dont les ébats ont fait la fortune de la presse à scandale anglo-saxonne.

Une pratique monnaie courante outre-Manche

La presse britannique a développé son propre réseau de kiss-and-tell girls (littéralement 'embrasser et raconter'). Des jeunes femmes à la plastique aguicheuse, spécialisées dans les aventures avec des célébrités, qu'elles se font un plaisir de monnayer dans la presse boulevardière pour en raconter les moindres détails, clichés à l'appui. Une pratique récurrente ces dernières années. Certaines, à l'instar de Kimberly Lee, qui se targue d'avoir réussi à piéger Mike Tyson, Eminem et Robbie Williams, ont même eu les honneurs de quotidiens réputés.

Avant Olivier Giroud, un autre joueur français avait déjà fait les frais du Sun. En février 2013, Patrice Evra avait vu son aventure extraconjugale avec Carla Howe affichée en une du tabloïd britannique. La playmate y racontait les détails de sa virée avec le défenseur de l'Équipe de France dans une célèbre boîte de nuit des Champs Élysées, à la veille d'un rassemblement des Bleus à Clairefontaine. Lorsqu'il évoluait à Manchester United, Cristiano Ronaldo avait également été épinglé. Une escort racontant notamment comment l'attaquant portugais devait régulièrement interrompre leurs ébats pour soigner ses mollets maltraités sur les terrains de foot anglais.

La France encore épargnée par le phénomène

Le défenseur de Chelsea Ashley Cole et l'attaquant de Manchester United Wayne Rooney ont également fait les frais de la combine ces dernières années. La pratique a de quoi surprendre vue de France, où l'affaire Giroud est reprise dans les médias traditionnels alors qu'elle reste confinée à la presse tabloïds outre-Manche.

Épargnée par le phénomène, la France a été fortement ébranlée par l'affaire Zahia, dont le volet judiciaire a récemment abouti à la relaxe de Franck Ribéry et Karim Benzema. Un scandale qui aura néanmoins permis à l'ancienne escort-girl, devenue créatrice de lingerie reconnue et égérie de Karl Lagarfeld, d'accéder à la notoriété. Une trajectoire que pourrait bien embrasser Celia Kay, dont la silhouette s'affiche dans de nombreux magazines et déjà à la tête de sa propre marque de bijoux.

Escort man, escort men !

Escort man, escort men !

C'est simple: il s'agit de diffuser que vous êtes membre d'une association d'escort-men et d'escort-girls.

Vous devez montrer que vous êtes de bonne présentation, du "look" qui est celui du milieu. 

Il faut se renseigner un peu sur qui participent à cette soirée à laquelle vous êtes invité pour accompagner la dame, le monsieur (si homo).

Il faut montrer que vous pouvez avoir son langage, se centrer sur ses préoccupations, sa culture.

Le plus important tient surtout à prêter attention constante à votre partenaire du soir.

Qu'elle vous plaise - c'est alors facile - ou non - et c'est plus dur !

C'est alors comme un travail !

Ce qui n'empêche pas de parler avec les voisins et voisines lors d'un repas.

C'est même une nécessité. Mais c'est votre partenaire qui doit avoir raison et rester au centre de vos préoccupations.

Si vous voyez que le sujet évoqué n'est pas sa "tasse de thé", alors il faut changer.

Lui demander ce qu'elle pratique avant la soirée (si possible) est très utile.

Ensuite, en fin de repas, il est nécessaire de la faire danser, sur ses danses préférées, pas les vôtres !

Vous aimez surtout le rock mais elle surtout la valse ; ce sera principalement "soirée valse"!

Ici, à la différence de la table, vous ne dansez quasiment qu'avec elle !

C'est la règle du jeu.

Avantages : entrée gratuite, repas gratuit, champagne gratuit.

La suite est variable !

Morandini Zap: Ses parents ne comprennent pas pourquoi elle a choisi d’être escort girl

Hier soir, NRJ12 diffusait un nouveau numéro de "Tellement Vrai". L'émission était intitulée "Trop beaux, trop belles : obsédés par leur apparence".

Les caméras ont notamment suivi Morgane. La jeune femme âgée de 22 ans doit faire face aux préjugés de ses parents concernant son métier d'escort-girl.

"Ce n'est pas un travail. Ca rentre dans le domaine de la nuit et de la prostitution. Quand des amis nous demandent le métier de notre fille, on a honte. Tous les gens pensent que les escort-girl ce sont des prostituées", lâche son père.

Regardez

Un militaire lyonnais piégé par des <b>escort</b>-<b>girls</b>

Il croyait sans doute passer du bon temps, mais c’est raté. Le 5 décembre dernier, un militaire lyonnais âgé de 42 ans décide de contacter deux jeunes femmes suite à une annonce sur un site de rencontre. "Nous sommes deux belles jeunes femmes avec beaucoup d’atouts et nous recherchons des hommes", dit le texte, signé par "une belle métisse et une belle blonde aux yeux bleus."

L’homme, divorcé, les invite le soir-même dans son appartement du VIIIe arrondissement. Après avoir bu un verre, il décide d’aller prendre un bain, seul. Mais lorsque l’homme finit de se laver, il se rend rapidement compte que les deux jeunes femmes ont décampé, emportant avec elles un ordinateur portable, un téléphone et des clefs de voiture.

Aide d'un complice ?

Saisis de l’enquête, les policiers vont multiplier les investigations, jusqu’à ce qu’un homme soit interpellé dans le cadre d’une autre affaire en possession d’une partie du matériel volé. L’individu se trouve être le petit ami d’une des escort-girls, précise le journal Le Progrès.

Cette arrestation va permettre à la brigade de sûreté urbaine de retrouver les deux femmes, âgées de 20 ans et habitant Saint-Priest, près de Lyon. Elles ont reconnu les faits et indiqué aux enquêteurs que ce soir-là, un complice âgé de 21 ans est intervenu, lequel serait l’instigateur du petit manège. Interpellé, ce dernier a nié les faits.
 

Un vaste réseau d'<b>escort</b>-<b>girls</b> démantelé en Europe

C'est sur l'un de ces sites d'escort que les "filles" de Mme Vika monnayaient leurs charmes © Copie d'écran

A 30 ans à peine, Olga M., dite Vika, était à la tête d'un des plus importants réseaux d'escort-girls européens. Elle a été interpellée le 29 décembre en Estonie, après deux ans d'enquête menée par les policiers de la Brigade de répression du proxénétisme de Paris. Elle devrait être prochainement extradée en France.

Les policiers de la brigade de répression du proxénétisme étaient sur sa piste depuis deux ans : Olga M., dite Vika, c'est sous ce prénom d'emprunt qu'elle officiait, avait monté un vaste réseau sur Internet.

Une centaine de jeunes femmes, âgées d'une vingtaine d'années pour la plupart, y monnayaient leurs charmes. Evidemment les photos étaient très dénudées. Il y avait des Russes et des Ukrainiennes principalement, mais aussi des Polonaises et plusieurs ressortissantes des pays baltes.

1.500 euros la nuit

Vika organisait des tournées en Europe. Les escort-girls allaient de pays en pays, à Paris, à Rome, à Athènes ou Istanbul. Elles passaient à chaque fois de un à trois mois sur place, le temps de rencontrer leurs clients fortunés.

Les prestations, présentées comme haut de gamme, étaient facturées de 300 euros de l'heure jusqu'à 1.500 euros la nuit complète. Les jeunes femmes, âgées d'une vingtaine d'années pour la plupart, devaient reverser la moitié de leurs gains à la responsable du réseau et à son complice, interpellée le 29 décembre dernier en Estonie. Elle devrait être prochainement extradée en France.

Plusieurs milliers de clients auraient profité de ce réseau qui aurait généré plusieurs centaines de milliers d'euros de bénéfices.

Miss Suisse

En février 2012, un site d'escort-girls américain utilisait des photos de la première dauphine de Miss Suisse 2006 pour vanter les charmes d’une jeune femme prénommée Julie. Aujourd’hui, c’est un site ukrainien qui fait de même. Sur sexbombua.com, Xenia Tchoumitcheva est présentée comme Vera, une femme de 21 ans.

Contactée par 20 minutes.ch, la belle Suisse fait remarquer que ce genre d’utilisation de photo arrive régulièrement avec des top-models. Elle en veut pour preuve qu’une photo d’Adriana Lima est utilisée dans les images de fond de sexbombua. Elle précise en outre avoir déjà engagé des procédures pour faire bloquer le site.

À noter qu’en mars 2012, Xenia Tchoumitcheva avait présenté l’élection de Miss Ukraine, elle n’est donc pas une inconnue dans ce pays voisin de la Russie.

(L'essentiel Online/jfa)

La photo de Xenia utilisée par un site d'<b>escort</b>-<b>girls</b>

En février 2012, un site d'escort-girls américain utilisait des photos de la première dauphine de Miss Suisse 2006 pour vanter les charmes d’une jeune femme prénommée Julie. Aujourd’hui, c’est un site ukrainien qui fait de même. Sur sexbombua.com, Xenia Tchoumitcheva est présentée comme Vera, une femme de 21 ans.

Contactée par 20 minutes.ch, la belle Suisse fait remarquer que ce genre d’utilisation de photo arrive régulièrement avec des top-models. Elle en veut pour preuve qu’une photo d’Adriana Lima est utilisée dans les images de fond de sexbombua. Elle précise en outre avoir déjà engagé des procédures pour faire bloquer le site.

À noter qu’en mars 2012, Xenia Tchoumitcheva avait présenté l’élection de Miss Ukraine, elle n’est donc pas une inconnue dans ce pays voisin de la Russie.

(L'essentiel Online/jfa)

Agressions d'<b>escort</b>-<b>girls</b>: 8 jeunes écroués

Huit jeunes âgés de 17 à 20 ans soupçonnés d'une dizaine de vols et parfois de viols ayant visé des escort girls ont été écroués depuis le début l'année, a annoncé aujourd'hui la préfecture de police de Paris.

Il s'agit d'une enquête "à tiroirs" qui a pris naissance en décembre 2012 après que le 2e district de police judiciaire (DPJ) eut été saisi de faits visant des escort girls exerçant sur internet.

Les jeunes gens prenaient un rendez-vous et au jour dit, sous la menace d'un couteau et portant des cagoules, ligotaient les victimes à l'aide de câbles électriques afin de les dévaliser. De l'argent liquide était ainsi dérobé. Certaines des victimes ont également été violées.

Les interpellations ont eu en plusieurs temps : janvier, mars et enfin la semaine dernière, a ajouté la préfecture. L'un des suspects avait été interpellé lors d'un premier coup de filet puis remis en liberté avant d'être arrêté de nouveau par la suite lors des développements des investigations et de nouveaux faits qui sont survenus. Il a été écroué comme ses présumés complices.
Certains des suspects sont lycéens, un autre magasinier. Ils sont tous connus des services de police et de la justice pour des affaires de vols à répétition.